FFCGA

Les coopératives d’artisans impactées par la crise sanitaire témoignent de la solidité de leur modèle entrepreneurial

28 juillet 2020

La Fédération française des coopératives et groupements d’artisans (FFCGA) publie les résultats de son enquête réalisée auprès de ses adhérents sur l’impact de la crise sanitaire. Si elles sont impactées, elles estiment que le modèle coopératif a permis la continuité de services auprès de leurs adhérents.

L’enquête réalisée par la FFCGA entre le 10 juin et le 7 juillet révèle que les coopératives d’artisans ont été multi-impactées par la crise : baisse du chiffre d’affaires, réorganisation/décalages des CA et AG, problème d’approvisionnement, contraintes règlementaires et sanitaires, absence de personnel, reports d’activité, problème de trésorerie… Un impact disparate selon la fonction de la coopérative, le secteur d’activité, son historique, sa structure financière, etc.

Néanmoins, les résultats de l’enquête révèlent :

  • une volonté farouche des coopératives artisanales de continuer à travailler pour préserver l’activité de leurs sociétaires,
  • une capacité à s’adapter rapidement à la situation sanitaire et économique,
  • l’importance des fonds propres des coopératives,
  • l’importance de la mise en œuvre effective des principes coopératifs qui permettent aux coopératives artisanales et à leurs associés artisans de rester solidaires pendant la crise,
  • l’attention portée au personnel salarié et au maintien de l’emploi.

A moyen terme, les coopératives artisanales insistent sur l’importance :

  • de l’endettement lié au PGE : des mesures de soutien, stables, pérennes et claires de la part des Pouvoirs publics seront indispensables pour assurer la trésorerie des coopératives et leur permettre de passer la crise.
  • du rôle-clé des artisans sociétaires au sein de leur coopérative : outre le maintien de leur activité dans leurs marchés respectifs, les Pouvoirs publics doivent inciter et aider les artisans à contribuer au renforcement des fonds propres de leur coopérative dans la durée, via un mécanisme public incitatif (crédit d’impôt sur les sociétés ?) leur permettant d’augmenter dans la durée leur engagement en capital dans leur coopérative

Un chiffre d’affaire en baisse, l’emploi préservé

Les résultats de l’enquête nous donnent des indications sur l’impact économique et social de la crise sur les coopératives d’artisans.

Chiffre d’affaires

Dans la période mars-avril-mai 2020 (confinement), le chiffre d’affaires a baissé pour 85% des coopératives, mais il est resté stable pour 10% d’entre elles et a progressé pour 5% (bâtiment, services à la personne, alimentaire et couture).

Emploi

Parmi les entreprises concernées (celles qui ont des salariés), 91,5% d’entre elles n’ont pas ou n’envisagent pas de licencier.

Fonctionnement interne

La crise sanitaire n’a pas modifié leur fonctionnement interne pour 81% d’entre elles. Une très large majorité des coopératives artisanales était déjà en capacité de s’adapter à une situation de crise et a pu continuer à apporter du service à leurs adhérents.

Partenaires bancaires et aides publiques

Plus de 83% des partenaires bancaires des coopératives artisanales sont des banques coopératives ou mutualistes : Crédit Coopératif, Banques Populaires, Crédit Agricole, Crédit Mutuel (et CIC), et Caisses d’Epargne.

74% des coopératives ont sollicité la mesure de chômage partiel, 48% le PGE et 44% le report de charges sociales et fiscales. 41% des coopératives ayant sollicité au moins un dispositif ont sollicité les 3 principaux. Une très large majorité est satisfaite du dispositif public de soutien.

Perspectives d’avenir

60% des coopératives auront à faire face à des problématiques financières : l’assurance-crédit (67,5%), la gestion des marges (43,7%), l’endettement au PGE (37,5%) et le besoin en trésorerie (34,3%). 59% de ces coopératives sont confrontées à au moins 2 des problématiques financières.

Le modèle coopératif, garant de la continuité de service

Les coopératives d’artisans reconnaissent que leur modèle entrepreneurial a permis la continuité de services auprès de leurs adhérents.  Elles expriment la « force de la coopérative », « l’esprit coopératif », la « différence coopérative », les « valeurs fortes de services aux adhérents ».

"L’autonomie et l’indépendance", "l’engagement envers la communauté", "la coopération avec les autres coopératives" sont les 3 premiers principes coopératifs qui prennent tout leur sens pendant la crise, selon les coopératives interrogées. Suivent : "la participation économique des membres", "la formation, l'information des membres", "le pouvoir démocratique exercé par les membres", et "l'adhésion volontaire et ouverte à tous".

RETROUVEZ LES RESULTATS DE L’ENQUETE [pdf]