L'entreprise coopérative, gouvernance collective, partage du pouvoir et égalité femme-homme

Egalité femme-homme

Le thème de la Journée internationale des droits des femmes (IWD 2021) du 8 mars 2021 annoncé par l’ONU Femmes « Leadership féminin : Pour un futur égalitaire dans le monde de la Covid-19 » célèbre la participation des femmes à la prise de décision.

Les entreprises coopératives, innovantes dans leurs modes d’organisation, souples et agiles dans leur gouvernance, s’inscrivent dans cette différence : leurs sociétaires ont tous la même voix et participent aux décisions. Qu’en est-il de l’égalité entre les femmes et les hommes ? Quelle place ont les femmes dans la gouvernance des entreprises coopératives ?

UN MODELE DE GOUVERNANCE COLLECTIF, SANS DISCRIMINATION

Selon les principes fondateurs des entreprises coopératives, la gouvernance collective et l’égalité entre les femmes et les hommes se situent au cœur du modèle coopératif :

  • libre adhésion, sans discrimination fondée sur le sexe, l’origine sociale, la race, l’allégeance politique ou la religion,
  • gouvernance démocratique, « une personne = une voix »,
  • éducation et émancipation par le pouvoir socio-économique de ses membres.
Les 23 000 entreprises coopératives françaises regroupent 28,7 millions de sociétaires. 1 Français sur 3 est membre d’une coopérative. Plus de 110 000 administrateurs, dont 42 000 administratrices, sont impliqués directement dans les décisions stratégiques.

Le pouvoir est central dans une entreprise de type capitalistique. Dans les entreprises coopératives, il est partagé sur la base du principe « une personne = une voix ». Quel que soit le nombre de parts détenu, les sociétaires ont la même voix. Ensemble, ils créent de la valeur qui reste au service du collectif et des générations de demain.

une personne, une voix

Selon une enquête de l’Observatoire de l’égalité femmes-hommes dans l’ESS de 2019, seulement 38% de femmes sont administratrices de leur coopérative. Comment l’expliquer ?
En premier lieu, par la très grande disparité des entreprises coopératives. La situation diffère en effet selon le type de coopérative. Si le bénéficiaire est le sociétaire (coopératives de consommateurs, banques coopératives…), il y a davantage de femmes sociétaires. Mais dans les coopératives d’entreprises où l’adhésion nécessite le statut de dirigeant ou dirigeante, les femmes sont beaucoup moins présentes.

42 000 administratrices en coop

Sommaire

1. La place des femmes dans la gouvernance coopérative

Extrait du Panorama des entreprises coopératives, 2020

2. Exemples et bonnes pratiques

  • Les banques coopératives multiplient les bonnes pratiques
  • Coopératives agricoles : un quart des chefs d’exploitations agricoles sont des femmes
  • 1 Scop sur 4 dirigée par une femme
  • Les coopératives d’artisans se mobilisent pour faciliter l’accès des femmes à leur conseil d’administration
  • Les coopératives de commerçants demandent l’adaptation de la condition de parité aux spécificités coopératives

Ressources

La place des femmes dans la gouvernance coopérative, extrait du Panorama des entreprises coopératives, 2020 [lien]

Dossier de La Coopération Agricole d’août 2020, « Femmes et coopératives : peut mieux faire ! » [lien]

Index égalité femmes/hommes : les résultats du groupe Crédit Agricole S.A., 1er mars 2021 [lien]

Loi du 27 janvier 2011 relative à la représentation équilibrée des femmes et des hommes au sein des conseils d’administration et de surveillance et à l’égalité professionnelle, dite Copé-Zimmermann [lien]

« Egalité femmes-hommes dans les instances de gouvernance des structures de l’économie sociale et solidaire », Observatoire de l’égalité femmes-hommes dans l’ESS, CNCRESS, novembre 2019 [lien]

Proposition de simplification n°1 : « adoptons la condition de parité aux spécificités coopératives », FCA, 26 octobre 2020 [lien]