ESS France annonce la participation de l’économie sociale et solidaire au Grand débat national, dans un communiqué du 25 janvier 2019.

« Enracinés au plus près de nos concitoyens grâce à nos formes démocratiques et participatives, nos organismes et entreprises (associations, mutuelles, coopératives, fondations et entreprises sociales) sont aussi engagées quotidiennement dans la création, le maintien ou le développement du lien social ou d’emplois dans les territoires fragiles. »

ESS France s’exprime au nom des acteurs de l’ESS qui ont « la conviction que l’ESS fait partie des solutions pour répondre durablement et efficacement à la crise de longue durée qui frappe notre pays. »

Jérôme Saddier vient d'être élu président d'ESS France organisation représentative de l'économie sociale et solidaire auprès des pouvoirs publics

Une reconnaissance pleine et entière de l’ESS

ESS France demande au Gouvernement une reconnaissance pleine et entière de l’ESS dans toutes ses composantes et dans la diversité de leurs formes et actions. La Chambre française de l’ESS demande une véritable concertation sur le « pacte de croissance » présenté fin novembre dernier, qui selon les acteurs de l’ESS ne répond pas à la situation sociale. ESS France avec ses membres souhaite que le « grand débat » soit utile pour entendre les problèmes des citoyens et trouver des réponses justes et solidaires, notamment pour une juste répartition des richesses. Ils regrettent également que certaines questions ne soient pas mises en débat, comme la santé et l’accès aux soins.

ESS France appelle le pouvoir exécutif à ne pas s’enfermer dans les modalités d’un débat qui exclurait les corps intermédiaires. Les acteurs de l’ESS souhaitent s’inscrire dans le débat et comptent sur les « garants » de ce débat pour traiter leurs contributions.

Lire le communiqué d’ESS France



©economie.gouv.fr - Chiffres clés de l’ESS en 2016, pour en savoir plus