Navigateur incompatible
Tableau principal de la page

L’ESS au Gouvernement

Nicolas Hulot, ministre d’Etat, ministre de la transition écologique et solidaire, est chargé de la promotion et du développement de l’économie sociale et solidaire. La récente publication des décrets d’attribution des ministres du nouveau Gouvernement mis en place le 17 mai dernier met fin à deux semaines de suspense pour connaitre le responsable gouvernemental en charge de l’ESS.

Quel sera l’impact pour l’ESS de cette nomination ? L’avenir nous le dira, ainsi que notre capacité à convaincre le ministre de l’importance de notre secteur et de sa pertinence pour répondre aux enjeux de notre société, notamment en matière écologique et énergétique. Coop FR, pour sa part, a déjà écrit au Président de la République, au Premier ministre et au ministre en charge de l‘ESS pour les assurer de sa volonté à travailler avec eux à construire un monde meilleur, une économie compétitive, respectueuse des femmes et des hommes qui la font, et une société ouverte sur l'Europe et sur le monde.

Sans porter de jugement de fond, analysons les premiers éléments qui sont à notre disposition pour apprécier les opportunités offertes aux coopératives et à l’ensemble de l’ESS :  

-    la promotion et le développement de l’économie sociale et solidaire sont attribués à un ministre d’Etat, une « promotion » par rapport à un secrétariat d’Etat ; Rappelons que dans la tradition républicaine, un ministre d'Etat a capacité à intervenir sur tous les sujets y compris ceux n'entrant pas dans ses attributions.
-    Nicolas Hulot dispose d’une reconnaissance forte et peut contribuer à une meilleure visibilité de notre secteur ;
-    l’ESS n’est plus rattachée exclusivement au ministère de l’économie, mais le décret introduit une réelle dimension intersectorielle puisque le ministre prépare et met en œuvre la politique de développement de l’ESS en liaison avec de nombreux ministres, dont le ministre de l’économie ;
-    les premières déclarations et interviews du ministre se concentrent sur la question climatique et environnementale, sans aucune référence à ce stade à l’ESS qui a tout le potentiel pour s’inscrire dans ces thématiques et défendre ses propres priorités ;
-    le ministre dispose de l’ensemble des services compétents en matière d’ESS pour l’exercice de ses attributions ;
-    le ministre a une forte dimension européenne et internationale ;
-    enfin, la nomination du cabinet du ministre, en particulier des conseillers en charge de l’ESS, ajouterait des éléments importants à l’analyse du nouvel environnement gouvernemental de l’ESS.

Dans ce nouvel environnement, les coopératives ont tous les atouts pour faire valoir leur modèle auprès du gouvernement. Elles s’inscrivent dans une vision d’une économie non spéculative et durable et partagent, au niveau mondial, l’objectif de contribuer à un « Monde meilleur » - slogan de l’Alliance coopérative internationale. Si Coop FR est soucieuse de démontrer aux Pouvoirs Publics en quoi les coopératives sont porteuses de réponses aux problématiques auxquelles Nicolas Hulot est sensible, nous n’oublions pas pour autant l’importance de l’amener à s’investir sur notre agenda, y compris économique, sur lequel nous avons besoin d’un appui fort du Gouvernement. Au sein d’un ministère aux responsabilités très large, une mobilisation forte du mouvement coopératif et des acteurs de l’ESS, seront certainement nécessaires pour nous faire entendre.