Navigateur incompatible
Tableau principal de la page

Le Conseil supérieur de l’Economie Sociale et Solidaire adopte le guide des bonnes pratiques de l’ESS et le rapport Egalité Femmes Hommes

Coop FR se réjouit de l’adoption le 7 février dernier par le Conseil supérieur de l’Economie Sociale et Solidaire (CSESS) de deux rapports auxquels il a contribué :


- un « guide définissant les conditions d’amélioration continue des bonnes pratiques des entreprises de l’ESS », déjà présenté lors du CSESS de juin dernier, qui a depuis fait l’objet d’une phase d’expérimentation de la part de quelques entreprises volontaires, dont Coop FR et la Fédération Nationale des Caisses d’Epargne (FNCE). A travers ce guide dédié aux entreprises de l’ESS, il s’agit de valoriser les bonnes pratiques existantes au sein de ces organisations, sous forme de « soft law », définie par les acteurs eux-mêmes, dans leur propre intérêt.

- Par ailleurs, l’article 4-V de la loi sur l'économie sociale et solidaire du 31 juillet 2014 prévoit que le CSESS est chargé d’établir, tous les trois ans, un rapport sur l’égalité entre les femmes et les hommes dans l’ESS et de formuler des propositions pour :
•    assurer l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes dans l’ESS, en permettant notamment une meilleure articulation entre la vie personnelle et professionnelle des salarié(e)s ;
•    favoriser l’accès des femmes à tous les postes de responsabilité, de dirigeant(e)s salarié(e)s comme de dirigeant(e) s élu(e)s ;
•    assurer la parité entre les femmes et les hommes dans toutes les instances élues des entreprises de l’ESS.
Aussi, 11 propositions ont été formulées par la Commission « Egalité Femmes-Hommes » dont la première consiste à satisfaire l’objectif d’une représentation équilibrée des femmes et des hommes dans les instances dirigeantes élues des entreprises de l’ESS, égale au moins à 40% des sièges attribués à chaque sexe.
L’ensemble de ces propositions concernent à la fois les modes et pratiques de gouvernance de l’ESS, l’égalité dans l’emploi et les métiers, la création d’entreprises et initiatives au féminin, et enfin, les moyens qui peuvent être envisagés pour rassembler, soutenir et dynamiser les ressources existantes pour l’égalité entre les femmes et les hommes dans l’ESS.